Page Progress:

Les domaines d’application : différences au niveau du processus

La théorie et la pratique de l’analyse transactionnelle s’appliquent dans quatre domaines différents, dénommés champs de spécialisation.

Manuel de la formation et des examens

Psychothérapie

Le champ Psychothérapie concerne les personnes qui visent à faciliter la capacité de leurs clients à se réaliser, à guérir et à changer. Le processus psychothérapeutique permet aux clients de repérer et de changer des patterns archaïques limitants, «de traiter la douleur du passé dans le présent de manière à être libre pour le futur». Le but est que les clients se comprennent eux-mêmes et comprennent leurs relations sur un mode conscient, créatif et spontané.

Organisation

Le champ Organisation concerne des praticiens qui travaillent dans ou pour des organisations, en prenant en compte les cadres de référence et les contextes organisationnels en même temps que le développement de l’organisation. Leur travail vise au développement, à la croissance et à l’accroissement de l’efficacité des personnes qui travaillent dans les organisations.

Éducation

Le champ Éducation concerne des personnes qui travaillent dans le domaine de l’apprentissage, de l’étude, dans des cadres préscolaires, scolaires, universitaires et postuniversitaires. Il englobe aussi le soutien d’enfants, d’adolescents et d’adultes en situation d’apprentissage dans la famille, l’institution ou la société. Le travail peut s’appliquer au développement d’équipes ou d’institutions d’enseignants. L’objectif est la continuation de la croissance personnelle et professionnelle, dans ses dimensions à la fois scolaire et sociale.

Conseil

Le processus de conseil permet aux clients de développer leur conscience, leurs options et leur savoir-faire pour la gestion des problèmes. Il contribue au développement des personnes dans leur vie quotidienne par l’amélioration de leurs points forts, de leurs ressources et de leurs fonctionnements. Il vise à accroître leur autonomie en relation avec leur entourage social, professionnel et culturel.

Alt text

CONSEIL

Compétences de l'analyste transactionnel


- Capacité à gérer ses propres besoins et attentes
- Capacité à communiquer avec ses clients
- Connaitre l'environnement professionnel du conseil
- Comprendre et traiter des faits d'une situation
- Organiser de façon autonome son travail et accompagner ses clients vers l'autonomie
- Favoriser le changement chez son client

Des informations complémentaires sont disponibles dans le manuel de formation et des examens, chapitre 5.

Alt text

EDUCATION

Compétences de l'analyste transactionnel


- Pouvoir décrire sa propre vison de l'éducation, articulée à l'AT
- Connaitre la puissance de la relation éducationnelle dans le développement l’apprenant
- Se montrer conscient des limites du rôle de l’éducateur
- Créer une alliance empathique en gardant son cadre de référence
- Faire preuve d’ouverture vis-à-vis de cadres de références, de cultures et de normes sociales différents

Des informations complémentaires sont disponibles dans le manuel de formation et des examens, chapitre 5.

Alt text

ORGANISATION

Compétences de l'analyste transactionnel


- Comprendre les processus de changement dans les organisations
- Disposer d'une évaluation adéquate de ses propres compétences et du réseau auquel il peut faire appel s'il y a lieu de transmettre le travail à quelqu'un d'autre
- Réfléchir aux modèles théoriques et faire des liens avec l'AT
- Entrer en relation aux niveaux 'micro' et macro', depuis les personnes jusqu'à l'organisation entière, prendre en considération l'ensemble aussi bien que les parties
Des informations complémentaires sont disponibles dans le manuel de formation et des examens, chapitre 5.

Alt text

PSYCHOTHÉRAPIE

Compétences de l'analyste transactionnel


- Manifester une attitude respectueuse envers soi-même et envers autrui
- Comprendre l’importance de la relation thérapeutique quant à la réalisation du changement et quant à sa nature, ainsi que de ses différences avec toute autre relation
- Se montrer capable de comprendre la phénoménologie d’une autre personne et de mettre entre parenthèses son propre cadre de référence, le temps de la thérapie
- Communiquer de manière congruente dans ses interactions

Des informations complémentaires sont disponibles dans le manuel de formation et des examens, chapitre 5.

Question

Comment discerner les frontières entre les champs ?

Il est vrai que les frontières sont parfois minces entre les champs. C’est bien normal puisque l’analyste transactionnel accompagne les personnes dans leur développement personnel, tous champs confondus.

Par exemple, quand un formateur intervient en entreprise, est-il dans le champ Organisation ou Éducation ?

Quelques questions peuvent aider à clarifier les frontières.

  • Qui paye la prestation ? Dans le cas de la formation, si l’entreprise paye, nous sommes dans le champ Organisation.
  • Qui est le client final ?
  • Quel est l’objectif de la prestation ?
~|icon_cogs~|elegant-themes~|solid

L'histoire des champs

À l’origine de l’analyse transactionnelle, la question des champs ne se posait pas. Eric Berne, médecin psychiatre, a fondé l’AT pour la pratique de la psychothérapie.

Le succès de l’AT a contribué à voir sa pratique se développer dans des exercices non thérapeutiques. Dans un esprit permissif qui caractérisait Berne, l’ITAA a, en 1972, reconnu et instauré un champ différent de la psychothérapie nommé «special field». Progressivement, les analystes transactionnels «special field» ont souhaité voir leur activité reconnue dans un champ spécifique. Certains s’orientaient vers l’éducation d’autres vers les organisations, et c’est ainsi que les champs Éducation et Organisation sont apparus.

Dans le même temps, au Canada se pratiquait le Conseil, par des professionnels de la santé mentale qui n’étaient pas des psychothérapeutes.

C’est l’EATA qui, après plusieurs années d’imprécision, proposa la définition des champs tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Pour continuer, cliquez sur Quiz n° 1