Page Progress:

Les pathologies des états du moi

On a affaire à une contamination lorsque l’Adulte accepte comme vérité des croyances Parentales ou des déformations de l’Enfant et qu’il rationalise et justifie ces attitudes.

James & Jongeward – Naitre gagnant

Les choses ne sont pas telles que nous les percevons. Rien ne peut exister en soi mais seulement en nous.

Emmanuel Kant – Critique de la raison pure

Comment savons-nous ce que nous croyons savoir ? Est-ce le monde d’aujourd’hui ou celui d’hier ?

Par moment, nous pensons être dans l’Adulte sans avoir conscience que le Parent ou l’Enfant viennent empiéter sur son contenu. Berne a nommé ce problème contamination. L’Adulte peut être contaminé par l’Enfant, le Parent ou les deux à la fois.

La contamination par le Parent est appelée préjugé.  L’individu prend les idées reçues par ses figures Parentales pour de faits. En voici quelques exemples : «Les Noirs savent danser», «Les femmes sont mauvaises en mathématiques», «Les blonds sont stupides», «Le sud est dangereux»… Croire que ces expressions sont des réalités est une contamination.

La contamination par l’Enfant est appelée illusion. Ces pensées sont des résurgences de situations plus ou moins traumatiques de l’enfance et viennent perturber la réalité. La personne ressent des sentiments qui ne sont plus appropriés mais qu’elle a dû expérimenter dans son enfance. Voici quelques exemples d’illusions : «Les gens se moquent de moi derrière mon dos», «Je ne saurai jamais dessiner», «Je suis définitivement nul en maths», »Je suis incapable de …».

La double contamination se produit quand la personne combine les préjugés avec ses illusions. De nombreux analystes transactionnels considèrent que toute contamination est double. Voici quelques exemples : «Les migrants sont agressifs, si je passe par là je vais me faire tuer», «La vie est réussie quand tu as une maison, je suis vraiment un raté», «Ils ne faut pas faire confiance aux autres, je me fais toujours avoir»…

L’autre pathologie des états du moi est appelée exclusion. Elle se caractérise par la fermeture de l’accès à un état du moi. Lorsque deux états du moi sont exclus, celui qui reste est dit exclusif.

L’exclusion du Parent signifie l’exclusion de tout ce qui fait autorité. Une personne qui exclut le Parent ne saura pas poser une règle, sanctionner ou récompenser. Elle s’appuiera sur son intuition, son ingéniosité pour arriver à ses fins.

La personne qui exclut l’Adulte ne saura pas faire face à la réalité de l’«ici et maintenant» et se soumettra aux décisions du passé. Le dialogue Parent-Enfant sera quasi permanent avec toutes les difficultés que cela implique pour prendre des décisions cohérentes avec son environnement.

Avec l’exclusion de l’Enfant, la personne exclut ses souvenirs émotionnels. De fait, s’il n’y a plus beaucoup de références émotionnelles, la personne pourra paraître ennuyeuse, morne. Cela peut s’observer chez les gens qui ne s’accordent pas de plaisir et consacrent leur vie au travail.

~|icon_cogs~|elegant-themes~|solid

La décontamination

Dans son ouvrage Principes de traitement psychothérapeutique en groupe, Berne nous livre sa démarche pour décontaminer l’Adulte. Il s’agit de huit opérations qui sont censées respecter un ordre logique mais qui peuvent aussi être chamboulées.

1. L’interrogation pour stimuler l’Adulte ;

2. La spécification qui catégorise certaines informations ;

3. La confrontation pour souligner certaines incohérences du discours ;

4. L’explication apporte une vision au client de ce qui se passe ;

5. L’illustration renforce la cohérence du discours ;

6. La confirmation s’assure que l’Adulte du client tient les rênes ;

7. L’interprétation pour que le le client émette des hypothèses sur ce qui s’est passé ;

8. La cristallisation est l’affirmation que l’Adulte est décontaminé ;

Les six premières étapes permettent la décontamination. Les deux dernières consolident le travail fait précédemment.

Question

Comment imaginez-vous un état du moi exclusif ?

À ce stade, vous avez peut-être une idée des caractéristiques des personnes qui ont un état du moi exclusif. Voici  quelques pistes :

Parent exclusif : la règle rien que la règle. Si ce n’est pas écrit, ce n’est pas possible. Ces personnes se réfèrent aux figures Parentales en quasi-permanence pour évoluer dans la vie et imposent leurs préjugés.

Adulte exclusif : combien, quand, pourquoi. L’Adulte exclusif fonctionne comme un ordinateur. Il ne fait qu’analyser, pose des questions pour récupérer des données. Il s’engage peu dans la relation.

Enfant exclusif : la personne pense et agit comme elle le faisait lorsqu’elle était enfant. Elle s’appuie sur les sentiments pour trouver sa place parmi les autres et peut être vue comme immature.

 

L’exclusion n’est jamais totale, c’est la raison pour laquelle l’état du moi est représenté en pointillés. Un travail thérapeutique permettra de recouvrer l’état du moi temporairement inaccessible.